26 janvier 2021

Eres Astrologiques : ère du Verseau, ère des Poissons, comment ça marche ?

Par olympiaastrologie

Cet article va tenter d’éclairer, grâce aux facilités de l’outil informatique, quelques mystères liés au principe des ères en astrologie.

Tout le monde, intéressé de près ou de loin par la science des astres a dû entendre parler du passage de l’Ere des Poissons à l’Ere du Verseau que nous serions en train de vivre.

Comme rien n’est simple, le but ici est d’utiliser des notions scientifiques pour répondre à cette question : rigoureusement, sommes-nous vraiment dans l’ère du Verseau ?

Bien que les indices laissés par le monde contemporain semblent l’attester : internet, chute du Christianisme, progrès scientifiques, individualisation cachée sous des poudres de perlimpinpin collectivistes, remises en cause de beaucoup de traditions, jeunisme, monde des réseaux, conquête de l’espace… qu’en disent vraiment les astres ?

Théorie scientifique

En réalité, seul deux corps nous intéressent pour étudier les ères astrologiques, au sens premier du terme : la Terre et le Soleil.

Le mouvement de la Terre autour du Soleil (en toute rigueur : il ne faut pas dire que la Terre tourne autour du Soleil, mais que la Terre et le Soleil tournent ensemble autour de leur barycentre… car oui, la Terre fait bouger le Soleil, même si l’effet est de l’ordre de David contre Goliath) n’est pas rigoureusement régulier (changement d’excentricité, orbite mouvante, perturbations par les autres corps, dont la Lune et Jupiter) mais à l’échelle de ce que nous appelons les ères astrologiques (cycle de 26000 ans) cela évolue peu.

En revanche, ce qui évolue, c’est l’axe de rotation de la Terre. Cet axe autour de laquelle la Terre fait sa rotation en 23h56min.

Cet axe pointe, côté hémisphère Nord, vers notre pôle Nord céleste. Actuellement, ce pôle est dans la direction d’une étoile de faible lueur, en extrémité de la constellation de la Petite Ourse.

Mais cette direction change avec le temps, en raison de ce phénomène de précession. L’étoile que nous appelons Etoile Polaire (Polaris) n’est pas constamment dans la direction de cet axe de rotation. Nos ancêtres, au fil des siècles et des millénaires, voyaient le ciel nocturne tourner autour d’autres étoiles. Ce fut le cas de Vega, notamment, ou Deneb.

Animations pour comprendre

Le mieux est de voir cela en videos, grâce à deux animations mises en ligne par « Williams F. »

ATTENTION néanmoins : la deuxième video montre des dates correspondant à l’entrée dans des constellations de la direction pointée par le Point Vernal. Mais ces dates sont fausses, avec tout le respect dû à l’auteur qui a tout de même conçu deux très pratiques et pédagogiques animations. Nous verrons les dates exactes plus loin dans l’article. Car ces dates sont importantes : ce sont elles qui déterminent les ères astrologiques.

Le Point Vernal

Le Point Vernal est une direction céleste, qu’en Astrologie Tropicale nous appelons plus communément le 0° du Bélier. C’est le point de départ de cette Astrologie, la référence pour marquer les positions angulaires des planètes.

Le signe du Bélier correspond alors à la première portion de 30° du zodiaque qui part de ce point de référence. Puis viennent le Taureau, les Gémeaux, etc.

Dans la deuxième animation, le point vernal est la direction pointée par un côté de l’axe rouge mobile, avec le symbole du Bélier en extrémité.

Par définition géométrique, cet axe est l’intersection de deux plans : le plan écliptique, qui représente le terrain d’évolution de la Terre autour du Soleil… et le plan équatorial, qui sépare notre hémisphère nord et notre hémisphère sud. L’axe de rotation de la Terre est perpendiculaire à ce plan.

Ainsi, le fait que l’axe de rotation de la Terre oscille (la précession) implique que la direction du Point Vernal, tourne. C’est une immense rotation, lente, de 26000 ans environ.

Il faut bien comprendre que ce point vernal dépend avant tout de la Terre, de son positionnement, de sa façon de tourner sur elle-même et autour du Soleil. Indépendamment des étoiles autour de nous.

Vu de la Terre, le point vernal a cette signification : quand le Soleil est dans la même direction que lui, c’est-à-dire lorsque le Soleil de l’astrologie tropicale est à 0° du Bélier, alors le jour est égal à la nuit, partout sur la surface du globe. C’est ce que nous appelons l’équinoxe de printemps.

Ce phénomène de rotation du point vernal implique que la direction dans laquelle nous regardons le Soleil à l’équinoxe de printemps n’est pas la même. C’est la précession des équinoxes. En tout cas, ce n’est pas la même si en toile de fond, derrière le Soleil, nous représentons les Etoiles de la Voie Lactée visibles de la Terre. Car ces étoiles, elles, en approximation, sont immobiles.

Or les étoiles que nous représentons autour du Soleil constituent les 12 Constellations du Zodiaque.

Le jeu est donc le suivant : à l’équinoxe de printemps, nous regardons dans quelle constellation du zodiaque, se trouve le Soleil.

Par définition, on dit que nous sommes dans l’Ere de « tel » signe si le Soleil est dans la direction de ce « tel » signe à l’équinoxe de printemps.

Cette direction fait le tour des 12 constellations en 26000 ans. Nous franchissons ainsi ces 12 ères durant ce grand cycle de précession.

Par exemple, à l’équinoxe du printemps il y a 13000 ans, le Soleil pointait dans la Vierge, alors qu’aujourd’hui il pointe dans les Poissons. Mais en Astrologie Tropicale, cela ne change rien : il y a 13000 ans ou aujourd’hui, le Soleil est à ce moment-là à 0° du Bélier. Alors qu’en Astrologie Sidérale, les deux positions du Soleil sont opposées.

Utilisation de l’informatique

Pour étudier la précession des équinoxes, il suffit de se placer en une certaine année, chercher la date de l’équinoxe de printemps cette année là (la déclinaison du Soleil, notamment, est alors de 0°) et inspecter la position zodiacale astronomique du Soleil. Cela permet de trancher dans quelle ère nous sommes.

Quand on dit « position zodiacale astronomique du Soleil », le principe est de regarder autour de quelles étoiles se trouve le Soleil. Plus précisément : dans quelle constellation ?

L’équinoxe de printemps de 2021

En utilisant une des fonctionnalités d’Olympia, le résultat donne en 2021 (précisément, le 20 mars 2021, 9h38 TU), une position zodiacale du Soleil telle l’illustration ci-dessous : à ce moment là, comme décrit plus haut, nous avons le Soleil à 0° du Bélier en Astrologie Tropicale, avec une déclinaison de 0°.

Le Point Vernal de 2021 dans le signe des Poissons

Les constellations sont des étoiles (dessinées avec des points rouges dans cette représentation) reliées par des lignes. Ci-dessus, la constellation bleue est celle des Poissons. Sur la droite, la verte est celle du Verseau. Sur la gauche, la rouge est celle du Bélier. La noire au-dessus est le cheval Pégase.

Le Soleil, représenté avec son glyphe habituel au centre, se situe manifestement dans la constellation des Poissons.

=> Le Point Vernal de 2021 est dans la constellation des Poissons.

A la même date, ci-dessous l’utilisation du logiciel Stellarium qui nous montre également la position du Soleil, sous le deuxième des deux Poissons :

Le Soleil à 0° Bélier de l’astrologie tropicale (le point vernal) en 2021 vu par Stellarium

Nous reconnaissons le porteur d’eau à droite. Mais le Soleil, loin de lui, est manifestement sous l’influence céleste des Poissons.

Des Poissons au Verseau

Le phénomène de précession des équinoxes décale la position du Soleil au moment de l’équinoxe, année après année, décennie après décennie, dans le sens contraire du zodiaque. Cela signifie que si en 2021 le Soleil d’équinoxe est en Poissons, il se dirige doucement vers le Verseau.

Mais il se dirige « doucement », et c’est bien l’essentiel dans ce phénomène de précession et d’ères astrologiques : le décalage se fait de autour du zodiaque tous les 72 ans (26000 ans divisés par 360° = 72 ans).

Or reprenons notre schéma en zoomant dans la zone entre Poissons (en bleu) et Verseau (en vert) :

Le Point Vernal de 2021 dans le signe des Poissons

Année après année, le Soleil d’équinoxe se positionnera de plus en plus vers la droite, donc entrera dans la zone d’influence du Verseau. Mais il n’y est pas encore.

Conclusion : astronomiquement, visuellement, nous sommes encore dans l’ère des Poissons. Et le Verseau est loin.

A quand l’ère du Verseau ?

Naviguons vers le futur et cherchons avec Olympia ou Stellarium quand le Soleil se trouvera à équi-distance des deux étoiles les plus extrêmes des deux constellations. Donc entre l’étoile la plus à droite de la tête du deuxième poisson (cette étoile s’appelle Simmah), et l’étoile la plus à gauche du Verseau (elle est dans le flot déversé par le porteur d’eau).

Equinoxe après équinoxe, l’aide de l’informatique nous permet de trouver cette date. C’est l’année… 2750 ! Ci-dessous la position solaire de l’équinoxe de printemps de l’an 2750.

Le Point Vernal entre Poissons et Verseau en 2750

Le Soleil est bien à mi-chemin entre Poissons et Verseau en l’an 2750.

Donc d’ici à ce que le Soleil d’équinoxe (ou point vernal) soit à mi-chemin entre les constellations des Poissons et du Verseau, plus de 700 années vont s’écouler. Et encore, en 2750, constate-t-on que le Soleil n’est pas vraiment entré dans la zone des étoiles les plus influentes de la constellation du Verseau.

Pour être en conjonction (en longitude) avec l’étoile la plus à gauche du Verseau, celle qui est dans le flot symbolique, il faudra attendre l’équinoxe de 2965 :

Le Point Vernal sur la première étoile du Verseau en 2965

L’âge du Verseau serait-elle donc en réalité celui du 4ème millénaire ? et non celui du 3ème ?

Ces premiers résultats peuvent dérouter celles et ceux convaincus de vivre une époque où l’ère des Poissons disparaît au profit de celle du Verseau. La réalité astronomique ne correspond pas, pourtant nous pressentons ce passage, en avance de plusieurs siècles.

L’Astrologie Sidérale en question

L’Astrologie Sidérale diffère de l’Astrologie Tropicale dans la mesure où pour elle, le 0° du Bélier signifie que le Soleil pointe en cette position, loin derrière lui dans la voûte céleste, le début de la constellation du Bélier, et la fin de celle des Poissons.

Il s’agit là de regarder les constellations réelles dessinées par les étoiles de la Voie Lactée. D’où le nom « sidéral ».

Pour l’Astrologie Tropicale, comme nous l’avons vu, le Soleil à 0° du Bélier signifie une conjonction avec le Point Vernal. Rien à voir avec les étoiles de la Voie Lactée qui sont derrière.

La preuve, quand nous étions dans l’ère du Taureau, aux débuts de la civilisation Egyptienne, le Soleil Tropical à 0° du Bélier équivalent pointait donc la constellation astronomique du Taureau (en guise d’exemple : en l’an -2350, le Soleil d’équinoxe était conjoint à l’Amas des Pléiades de la Constellation du Taureau… en l’an -3050 ce même Soleil d’équinoxe était conjoint à Aldébaran, l’étoile la plus puissante de cette constellation du Taureau).

L’Astrologie Sidérale positionne les planètes en partant de ce point 0 a priori astronomique, qui n’a rien à voir avec l’axe de rotation de la Terre, le point vernal, ou quoique ce soit… L’Astrologie Sidérale se libère du référentiel terreste pour se concentrer sur les 12 constellations réelles de la voûte céleste. Ces étoiles sont supposées immobiles dans le temps (ce qui est faux, d’ailleurs, mais l’approximation est bonne dans nos échelles temporelles). Pour monter un thème sidéral, on étudie la position des planètes, de la Lune et du Soleil, en marquant les positions angulaires à partir de ce 0° du Bélier.

Relation Tropical / Sidéral

D’un côté, le Sidéral reste fixe dans son référentiel. De l’autre le Tropical se décale de tous les 72 ans. L’écart entre les deux référentiels est donc évolutif.

En 2021, le décalage entre astrologie tropicale et astrologie sidérale est de 25° environ. Il augmente de 1° tous les 72 ans, comme évoqué plus haut. Le 0° Bélier en tropical est présentement égal au des Poissons en sidéral.

Or, si au lieu d’aller dans le futur, on se dirige vers le passé, on peut remonter au temps où le décalage entre ces deux astrologies était de . Il faut donc remonter de 25° x 72 ans, soit 1800 ans environ.

Le temps 0

Pour être précis, en effet, en l’année 221 (après JC), il n’y a plus de différence entre les deux méthodes de calcul.

Comme si cette année 221 marquait un temps 0 dans le décalage entre tropical et sidéral. Comme si cette année 221 faisait correspondre le point vernal avec le 0° du Bélier qu’entend l’astrologie sidérale.

Pour parler en terme d’ère : l’année 221 après JC serait le début de l’ère des Poissons et la fin de l’ère du Bélier. D’après l’astrologie sidérale, en tout cas.

En effet : si le point vernal tombe bien sur le 0° astronomique du Bélier, alors c’est la transition Bélier-Poissons des ères astrologiques.

On peut être surpris si l’on considère que la vie de Jésus Christ a marqué le début de l’ère des Poissons. Un peu comme l’ère du Verseau qui commence scientifiquement plus tard que ce que nous ressentons, nous avons un décalage important dans le temps.

Les approximations du Sidéral

L’astrologie sidérale a en réalité deux défauts. Deux coquilles qui détruisent son fondement :

  1. Elle veut se relier aux vraies étoiles, elle veut se relier à l’astronomie. Mais pourquoi dans ce cas prendre 12 constellations de taille constante (30°) alors que dans le ciel, il n’y a pas besoin d’avoir de télescope pour constater que les 12 constellations sont très hétérogènes dans leur taille ?
  2. Quel est ce point 0° du Bélier, dont nous venons de parler ? Nous verrons plus loin que son positionnement est étrange.

Si nous faisons confiance à l’astrologie sidérale et considérons que les 12 signes ont la même taille, alors chaque ère a la même durée, en l’occurrence 26000 ans divisés par 12. Cette division donne un résultat de 2166. Donc chaque ère doit durer 2166 ans.

Ainsi, si celle des Poissons commence en 221, alors celle du Verseau commence en 2387. A la fin du 24ème siècle.

En effet, en l’an 2387, nous constatons un écart de 30° entre l’astrologie tropicale et l’astrologie sidérale. 30°, c’est bien l’écart entre un 0° Bélier et un 0° Poissons, c’est-à-dire l’entrée (on va dans le sens inverse) dans le Verseau.

Faisons une pause pour résumer ce qui a été dit jusque là :

  • Si on regarde les étoiles, on voit un soleil d’équinoxe (point vernal) qui se trouve entre Poissons et Verseau en l’an 2750. C’est ce que nous avons regardé plus haut dans cet article.
  • Si on se fie à l’astrologie sidérale, le début de cette ère du Verseau est en 2387.
  • Si on se fie à l’avis de milliers d’observateurs, chercheurs, mystiques, nous sommes déjà dans l’ère du Verseau.

Les Sidéral et les Etoiles

Positionnons-nous à la date du 14 avril 2021, 18h41 TU. A ce moment-là, en astrologie sidérale le Soleil est à 0° du Bélier (en tropical il est à 25° du Bélier).

Regardons alors sa position dans le ciel réel :

Le Soleil au 0° du Bélier Sidéral – Vu avec Olympia

Pour rappel, la constellation bleue est celle des Poissons, la rouge est celle du Bélier. Le Soleil est-il à la frontière Bélier-Poissons ? Absolument pas. Il se trouve à la frontière des deux poissons de la constellation, du côté droit. Loin de la tête du Bélier.

Illustration Stellarium à cette même date, qui pour rappel est le 0° du Bélier Sidéral :

Le Soleil au 0° du Bélier Sidéral – Vu avec Stellarium

Nous avons donc un problème : le point 0 est faux. Comment faire des calculs en astrologie sidérale si le point de départ n’est pas le bon ?

Les vraies constellations

On se heurte en réalité au problème de définition et positionnement des 12 constellations du zodiaque :

  • Elles ne sont pas de taille fixe. Bélier, Balance, Cancer sont très petites. Poissons, Taureau, Vierge, Lion sont très larges.
  • Elles se chevauchent : les ¾ du Capricorne se trouvent sous les Verseau. Le Scorpion est très en dessous de l’écliptique (et laisse du coup beaucoup de place au Serpentaire, connu comme la 13ème constellation du zodiaque), le Lion est complètement au-dessus.

Illustration pour comprendre cela, où les constellations dessinées ont une taille et un positionnement réels :

Les 12 constellations du zodiaque dans une bande qui en réalité est autour de nous

La ligne horizontale centrale est l’écliptique : la trajectoire apparente du Soleil le long de l’année. Autour de cette ligne sont dessinées les lignes symboliques des 12 constellations. De gauche à droite : Vierge (en marron), Lion (en rouge), Cancer (en bleu) etc… jusqu’au Scorpion (en bleu) et la Balance (en vert). De gauche à droite dans le sens inverse du zodiaque.

Nous constatons la différence de taille et ces chevauchements entre les constellations. Surtout, nous voyons la difficulté de définir les frontières entre chaque.

Comment dire en quel point une constellation se termine et une autre commence ? Voyons-nous clairement une frontière Capricorne-Verseau ?

Un problème de référentiel

Pour étudier les ères astrologiques, il y a donc le choix entre deux méthodes :

  • On trouve la bonne référence, le bon temps 0, logique, astronomique ou historique, et on part du principe qu’à partir de cette date, toutes les ères sont égales et durent 2166 ans.
  • On fait de la vraie astronomie et on cherche les dates où le Soleil passe par les frontières entre chaque couple de constellation. Mais cela implique que toutes les ères ne sont pas égales.

Un grand sage yogi, spécialiste de l’Astrologie, parlait justement dans une de ses conférences, que les ères astrologiques ne devaient pas être considérées comme constantes.

Recherche du T0

Restons sur la première hypothèse pour le moment, où un temps 0 (T0) doit être trouvé. La première piste est de trouver la bonne frontière entre Bélier et Poissons ?

Bélier – Poissons

Deux hypothèses en regardant le dessin de ces deux constellations (Bélier en rouge, Poissons en bleu) :

Bélier et Poissons côte à côte
  • Faire comme précédemment, regarder le milieu entre l’étoile la plus à droite du Bélier et l’étoile la plus à gauche des Poissons.
  • Ou considérer que l’étoile la plus brillante des Poissons, celle qui est le plus au sud, qui représente le point de jonction entre les deux poissons (cette étoile s’appelle Alrischa), marque le début de l’ère des Poissons.

Dans le 1er cas, on trouve un début de l’ère des Poissons vers -230. Dans le 2ème cas, on est en -100.

Dans les deux cas, on est avant Jésus Christ. Mais il faut définitivement partir du principe que le début d’une ère n’est pas un événement ponctuel, quelque chose qui change du jour au lendemain. Les transitions entre deux ères successives durent plusieurs siècles.

Intéressant, en tout cas, de constater qu’en ajoutant la durée de 2166 ans d’une ère, qu’on parte de -230 ou de -100, on tombe sur une année bien plus proche de nous pour marquer le début de l’ère du Verseau.

Mais attention, comme rappelé plus haut, cela ne tient pas dans l’hypothèse où nous prenons des ères de durées proportionnelles à la taille des constellations.

Un axe d’étoiles pour le T0

Autre piste de recherche pour ce fameux T0 : l’utilisation des étoiles importantes des constellations. Cela va rassurer les tenants de l’astrologie sidérale car on retrouve ici son vrai fondement, son origine.

En effet, au lieu de chercher les frontières entre les constellations, pourquoi ne pas au contraire regarder leur cœur. L’idée est de s’intéresser à l’axe Aldébaran-Antarès. La première est le cœur du Taureau, la deuxième est le cœur du Scorpion. Elles sont toutes deux opposées dans le zodiaque.

L’hypothèse est donc de se dire que le Temps 0 correspond au moment où ces deux étoiles sont centrées dans leur constellation. A savoir Aldébaran à 15° du Taureau et Antarès à 15° du Scorpion.

Et cela est arrivé… en l’an 221. C’est cette année où astrologie sidérale et astrologie tropicale coïncidaient parfaitement.

Cette méthode est plus satisfaisante que la méthode évoquée précédemment où l’on cherchait la frontière Bélier-Poissons. En effet il est plus commode de regarder les coeurs des constellations plutôt que leurs frontières, pas évidentes à identifier. De plus, l’exemple de la frontière Bélier-Poissons est extrême car le Bélier est une si petite constellation et les Poissons une si large.

Avoir Antarès au milieu (15°) du Scorpion et Aldébaran au milieu du Taureau a une certaine logique. Ces deux étoiles sont très visibles dans le ciel nocturne. De plus, en l’an 221 d’autres étoiles majeures sont dans une position zodiacale logique : Regulus à 5° du Lion. Or Régulus est le coeur du Lion, situé à l’avant de sa constellation, donc vers le début (5° est donc cohérent). Hamal à 13° du Bélier, assez centrée pour représenter le coup de tête de l’animal. Vindemiatrix est à 15° de la Vierge, c’est l’étoile dite « vendangeuse ». Arcturus est à quasi 0° de la Balance, donc opposée au 0° du Bélier, une position très symbolique pour cette étoile très brillante et puissante.

Conclusion : un T0 à l’an 220 parait plus logique astronomiquement. Mais faire démarrer l’ère des Poissons 200 ans après l’expérience du Christ est déroutant.

La datation des ères à partir de ce T0

Le calcul est simple : on ajoute 2166 ans à partir de cette date, pour chercher ère après ère.

Si nous supposons que notre T0 est lié à l’axe Aldébaran-Antarès, donc en l’an 221, cela donne ces résultats:

  • Ere du Verseau : 2387 à 4553
  • Ere des Poissons : 221 à 2387
  • Ere du Bélier : -1945 à 221
  • Ere du Taureau : -4111 à -1945
  • Ere des Gémeaux : -6277 à -4111
  • Ere du Cancer : -8443 à -6277
  • Ere du Lion : -10609 à -8443
  • Ere de la Vierge : -12775 à -10609

Avec l’hypothèse d’un début d’Ere des Poissons en -230 (si on veut un point vernal à mi-chemin des constellations Bélier-Poissons), décaler dans le passé de 450 ans toutes ces dates.

Recherche avec des ères du durées inégales

La précédente section ne concernait que des durées d’ères égales (à 2166 ans). Or, comme ce phénomène de précession des équinoxes se lie aux étoiles et constellatons de la voûte céleste, il semble plus logique et intuitif de considérer et accepter que toutes les ères ne sont pas égales. Si Bélier et Balance sont si petites, leurs ères seront plus petites également.

Les résultats donnés ci-dessous se basent sur la recherche de la position du point vernal (mobile) aux frontières des constellations. Nous l’avons dit : dans certains cas, trouver une frontière n’est pas toujours aisée, mais pour le dernier demi-tour de cycle (de Vierge à Poissons) on y arrive sans trop de mal.

Voilà ce que donnent les datations des dernières ères :

  • Ere du Verseau : 2750 à 4500
  • Ere des Poissons : -230 à 2750
  • Ere du Bélier : -1680 à -230
  • Ere du Taureau : -4450 à -1680
  • Ere des Gémeaux : -6600 à -4450
  • Ere du Cancer : -8000 à -6600
  • Ere du Lion : -10700 à -8000
  • Ere de la Vierge : -14000 à -10700

Les preuves en images ci-dessous, où à chaque fois le point vernal de l’année indiquée est dessiné avec le glyphe du Soleil d’équinoxe :

2750 (frontière Poissons-Verseau) :

-230 (frontière Bélier-Poissons) :

-1680 (frontière Taureau-Bélier) :

-4450 (frontière Gémeaux-Taureau) :

-6600 (frontière Cancer-Gémeaux) :

-8000 (frontière Lion-Cancer) :

-10700 (frontière Vierge-Lion) :

Les passages, d’ère en ère, en vidéos

Nous proposons deux videos générées avec le logiciel Olympia pour illustrer le phénomène de précession des équinoxes et mouvement du point vernal, de constellation en constellation.

On voit le glyphe du Soleil, en réalité le point vernal, avancer de constellation en constellation au fil des années. Par définition, la constellation dans laquelle se situe ce point, correspond à l’ère astrologique.

De l’an -1000 à l’an 3000

Pour voir les passages en Bélier, Poissons puis Verseau.

De l’an -12000 à l’an 3000

Pour voir les passages en Vierge, Lion, Cancer, Gémeaux, Taureau, Bélier, Poissons, Verseau

Les mouvements des étoiles

Ci-dessous nous présentons quelques figures afin d’illustrer le phénomène de précession des équinoxes et comment le Thème Tropical évolue.

Le but est de représenter au fil des siècles où se retrouvent les étoiles principales du zodiaque. On voit ainsi ces étoiles tourner autour du zodiaque tropical.

Mais attention : en réalité, ce ne sont pas les étoiles qui tournent autour de nous. C’est le point vernal, comme dit plus haut, donc le 0° du Bélier tropical qui tourne.

Nous positionnons ces étoiles entre l’an -12000 et l’an 12000. (24000 ans d’intervalle, le temps de faire un tour presque complet)

Précession des équinoxes : mouvement d’Antarès autour du zodiaque tropical
Précession des équinoxes : mouvement d’Aldébaran autour du zodiaque tropical
Précession des équinoxes : mouvement de Sirius autour du zodiaque tropical

Conclusion

Le sujet de précession des équinoxes et des ères astrologiques est passionnant car il met notre mécanique du système solaire et la rotation quotidienne de notre planète, en lien direct avec les étoiles les plus proches et les plus visibles (les constellations du zodiaque).

Pour l’astrologie tropicale, il permet de définir le degré 0, le 0° du Bélier, qui est le point de référence des positions angulaires des planètes et des maisons d’un Thème Natal.

Comprendre où se situe astronomiquement ce point vernal, ce 0° Bélier, permet de comprendre sur quelle base nous posons cette astrologie. Depuis plus de 2000 ans, c’est dans la large et haute constellation des Poissons que nous posons notre 0°. C’est par le prisme de cette constellation que nous bâtissons les positions des corps. C’est l’Ere des Poissons, encore et encore, même si vous la trouvez trop longue, qui nous baigne.

Pour ceux qui utilisent l’astrologie sidérale, cet article a pu confirmer l’utilisation de l’axe Antarès-Aldébaran pour la construction du référentiel des thèmes sidéraux. Mais en donnant un début d’Ere des Poissons en 220, on a un bug historique, si on veut lier Ere des Poissons et expérience du Christ sur Terre.

Il est clair que nous ne passons pas d’une ère à la suivante du jour au lendemain. Plusieurs êtres humains (ou non humains) phares marquent le début d’une ère, mais ils ne naissent pas forcément au moment du passage d’une ère à la suivante. Les civilisations mettent du temps à évoluer.

Si la thèse privilégiée dans cet article va pour une ère des Poissons entre -230 et 2750 il est raisonnable, pour son début et sa fin, d’accorder un delta de 300 ou 400 ans. Pourquoi ? Parce qu’une orbe acceptable de 5° pour l’influence du point vernal correspond à une période temporelle de 360 ans (le point vernal avance de 1° tous les 72 ans).

Donc parler d’un début entre -650 et +150, puis d’une fin entre l’an 2400 et l’an 3100, semble logique.

Pour le début de l’ère des Poissons : les vies de Jésus Christ, Siddhartha Gautama (Bouddha), Pythagore, Thalès, Socrate, Platon, Aristote, ont servi de déclencheurs. Ils correspondent à cet intervalle d’incertitude.

Pour ce qui concerne l’ère du Verseau, nous serions plutôt dans le début du début du commencement. Sans doute (à confirmer ?) les moments les plus intéressants correspondent-ils justement au début des ères ? Les futures décennies et siècles donneront le ton.

Quant aux précédentes ères (Bélier, Taureau, Gémeaux…), notre difficulté est de mettre des événements historiques sur ces dates, qui nous sont si lointaines et si peu documentées.