Foire aux Questions

Ci-dessous quelques questions couramment posées sur le logiciel Olympia Astrologie.

Sous quel environnement informatique peut-on utiliser Olympia ?

Sur les ordinateurs équipés de Windows (7, 8, 10) et MacOS (versions récentes, moins de 3 ans).

Pour Linux, des travaux de réalisation sont en cours de développement.

Pour les versions mobiles, un Olympia est en cours de développement pour IPad et IPhone. Plus de nouvelles prochainement!

Faut-il un ordinateur puissant pour utiliser Olympia ?

Non car ce n’est pas un jeu video. Les quelques algorithmes qui tournent iront plus vite sur un ordinateur récent, mais ce n’est pas dimensionnant pour l’utilisation d’Olympia.

De même, l’installation et l’utilisation ne demandent que quelques dizaines de Mo sur le disque dur, il n’y a donc aucune contrainte de place.

Le seul élément sur lequel il faut faire attention serait la résolution de l’écran. Olympia a été conçu et testé pour des résolutions d’écran allant du HD (1280×720) au QHD (2560×1440). En dessous de 1280×720 la navigation dans le logiciel sera moins aisée (notamment les très vieilles configurations 800×600).

A quel public s’adresse Olympia ?

Aux professionnels de l’Astrologie et aux amateurs. Dès le début de la conception du logiciel, il a été décidé de ne pas réaliser différentes versions d’Olympia (basique, amateur, pro… par exemple), pour deux raisons : ne pas léser ceux qui apprennent l’Astrologie ou ceux qui ont un plus petit budget ; et ne pas vendre un produit trop cher aux utilisateurs confirmés.

Pourquoi le logiciel est dit « évolutif » et « participatif » ?

Parce que peu importe le moment où un utilisateur se le procure, c’est comme s’il achetait une licence « à vie ». Il ne le paye qu’une fois (150 EUR) et dans le futur, toutes les mises à jour seront gratuites. L’utilisateur est prévenu par email et télécharge la nouvelle version en quelques secondes.

Ces mises à jour peuvent concerner des améliorations, des optimisations, des corrections de bug, des nouvelles fonctionnalités.

Enfin, et surtout, chaque utilisateur, même non-professionnel, doit se sentir libre de demander des améliorations ou suggérer de nouvelles fonctions dans Olympia. Si la demande est réalisable techniquement et dans l’esprit du logiciel, les changements demandés seront réalisés, le logiciel évoluera et tout le monde en bénéficiera gratuitement.

Faut-il être connecté à Internet pour utiliser Olympia ?

Surtout pas ! On peut être déconnecté pour lancer le logiciel et l’utiliser. Comme dit plus haut, la licence achetée est à vie, pas besoin de se connecter au net pour la mettre à jour ou autre.

Même pour le processus d’installation : si la personne ne veut pas payer le logiciel en ligne ou le télécharger, il est possible de le commander par clé USB.

Quelles sont les protections du logiciel ?

L’accès à Olympia se fait par un mot de passe. Si on ne l’a pas, on ne peut pas lancer le logiciel. Le mot de passe est unique pour chaque utilisateur.

Quelles sont les principales fonctions d’Olympia ?

Les principales fonctions sont résumées à cette page : Contenu du logiciel

Mais en quelques mots : monter un Thème Natal, visualiser ses aspects, ses dominantes, placer les Planètes, celles qu’on utilise d’habitude et les corps fictifs ou réels qu’on peut avoir envie ou non de voir (Chiron, Lunes Noires, Part de Fortune…), calculer et représenter les Transits, les Directions (Progressions, Converses, Symboliques), les Révolutions Solaires, les Synastries. On peut aussi étudier spécifiquement les Astéroïdes, les Etoiles Fixes, les Noeuds Planétaires, quelques aspects karmiques, dresser les chaînes de maîtrises des planètes. On peut également regarder les Ephémérides, sous forme de zodiaque ou de tables (mensuelles, annuelles, ou même sur des périodes plus longues).

Sous quel format peut-on exporter les Thèmes Astrologiques ?

On peut les imprimer sur papier, ou les exporter en fichiers images ou PDF. Dans une version future, on pourra les exporter en HTML.

Il y a également une fonctionnalité très pratique pour exporter ce qui est en mouvement (Transits, Progressions, Ephémérides) et qui ne peut pas se voir en une seule image → la video. On peut ainsi, par exemple, voir dans une video les Transits sur son Thème durant une période donnée.

Peut-on faire de l’Astrologie Sidérale ?

Oui, un paramètre du logiciel le permet : un clic et toutes les fenêtres ouvertes passent du Tropical au Sidéral, et vice-versa.

Quels sont les paramètres de réglages d’Olympia ?

En résumé, tout ce qui peut être différent entre un Astrologue et un autre est paramétrable dans Olympia.

Au niveau des techniques de calcul : la façon de calculer les Maisons (Placidus, Koch etc…) ; la façon de calculer les Noeuds (calcul Moyen ou calcul Vrai).

En ce qui concerne les aspects, on peut régler ceux que l’on veut voir ou pas (notamment les aspects dits mineurs), et régler leur orbe. Cette orbe peut même être différente selon qu’on regarde un Thème Natal ou une Progression ou une Révolution Solaire. Ainsi, si on pense que 6° pour un Trigone et 3.5° pour un Sextile, c’est le maximum, si on veut voir les Septiles avec 1° d’orbe mais jamais les Déciles, c’est possible. On choisit ses propres paramètres, ils sont sauvegardés mais on peut les modifier à tout moment.

Pour tout ce qui concerne l’affichage, on peut régler si on veut voir l’Ascendant ou le 0° du Bélier à gauche du zodiaque ; on peut également dessiner les planètes autour des signes comme on le fait généralement en France, ou mettre les signes à l’extérieur et les planètes et les maisons à l’intérieur, comme on le fait souvent aux US. On peut afficher ou non les degrés des planètes (arrondis au degré le plus proche ou avec les minutes), on peut choisir son fond d’écran, on a également le choix entre différentes représentations des signes du zodiaques, des planètes et des maisons.

Enfin, un aspect très pratique d’Olympia est la configuration du barème des Dominantes Planétaires. Il est clair que sur ce sujet chaque Astrologue utilise son propre algorithme. le choix a donc été fait de laisser l’utilisateur d’Olympia libre de régler comme il veut les points attribués aux différents critères qu’on utilise d’ordinaire pour calculer les forces des planètes (tant de points au Maître d’Ascendant, tant de points à une planète en domicile etc…).

Peut-on voir la Lune Noire ?

Oui, et même 3 en fait. Selon ce qui intéresse l’Astrologue : la Lune Noire Vraie, la Lune Noire Moyenne et la Lune Noire Corrigée.

On peut en dessiner, une, deux, trois. Ou même aucune, si l’Astrologue ne les utilise pas. Libre à l’utilisateur de configurer le logiciel selon ses desiderata.

Et les Astéroïdes ?

Dans les interfaces classiques des Thèmes, on peut afficher (ou non) Chiron et Cérès.

Il existe également une fenêtre spéciale où on se focalise sur toute une liste d’Astéroïdes qu’on place sur les planètes du Thème Natal pour voir les conjonctions ou autres aspects (Vesta, Junon, Vuclain, Pallas etc…)

Quid des Etoiles Fixes ?

C’est un sujet passionnant et intéressant. Dans la version actuelle d’Olympia, on peut positionner les 22 Etoiles principales (Aldébaran, Antarès, Arcturus, Regulus, Algol etc…) autour du Thème et visualiser les conjonctions avec les planètes. Dans les prochaines versions du logiciel, on essaiera d’en montrer plus et surtout de donner quelques textes d’explication car le sujet est finalement peu connu et les anciens textes de Ptolémée sont à réadapter. A ce sujet, nous sommes ouverts à toute collaboration avec des professionnels.

Dans le contenu du logiciel, il est fait mention des Noeuds Planétaires. De quoi s’agit-il ?

Olympia permet de tracer (ou non) les positions de Rahu et Ketu (Noeud Lunaire Nord/Ascendant et Noeud Lunaire Sud/Descendant). Ce qui est vrai pour la Lune, en ce qui concerne ces deux points fictifs, est aussi vrai pour les planètes allant de Mercure à Pluton : chaque planète a un Noeud Ascendant et un Noeud Descendant.

Cela fait donc 16 nouveaux points à calculer et à positionner autour des planètes du Thème Natal. A noter par ailleurs que chaque point d’un couple Noeud Ascendant / Noeud Descendant n’est pas forcément opposé à l’autre, contrairement à Rahu et Ketu.

De même, Olympia est capable de tracer le second foyer de l’orbite de chaque planète, toujours de Mercure à Pluton. C’est donc l’équivalent de ce qu’est la Lune noire, mais pour chaque corps en orbite : Mercure Noir, Vénus Noire… jusque Pluton Noir.

Comment Olympia calcule-t-il les Dominantes Planétaires d’un Thème ?

Voir plus haut. Olympia est livré avec un algorithme de calcul par défaut. Mais chaque utilisateur peut le modifier et entrer son algorithme à lui. Par exemple : donne-t-on 30 points au Maître d’Ascendant, ou 40 ? 85 ? Une planète conjointe au Milieu de Ciel marque-t-elle 10 ? 20 ? 60 ? Chacun décide, et le barème est sauvegardé.

Qu’est-ce que l’Evolution des Dominantes Planétaires que propose Olympia ?

C’est un calcul original qui donne des résultats surprenants. Non seulement, comme on vient de le voir, Olympia calcule de façon personnalisée les Forces des Planètes au moment de la naissance, mais ensuite avec l’âge on fait progresser le Thème (de 3 façons différentes) pour voir comment les Forces évoluent. Cela donne dans Olympia un ensemble de 10 courbes qui évoluent de l’âge de 0 à 100 ans. Et évidemment, la planète dominante à la naissance ne l’est plus forcément à 30 ans.

Quelles éphémérides proposent Olympia ?

Comme un Thème Natal, on peut regarder les positions des planètes à un instant et un endroit donnés.

On peut également générer des tables, comme dans les livres d’éphémérides, des positions des planètes dans un intervalle de temps voulu (mensuel, annuel, ou sur plusieurs années ou décennies).

En un clic on peut tracer les Thèmes des moments particuliers comme les Lunaisons.

Une fenêtre très parlante montre également sur un intervalle de temps comment les planètes bougent autour du zodiaque, c’est visuel et dynamique.

Comme dit plus haut, on peut exporter en format video ces mouvements.

Enfin, une fenêtre intéressante est la composition des Intercycles : on regarde mutuellement les angles formés par des couples de 2 planètes. On voit ainsi au fil des années facilement les aspects des cycles Jupiter-Saturne, Uranus-Pluton (et tous les couples possibles), afin de voir quand les conjonctions, carrés, oppositions… se forment.

Pourquoi parler de « Karmique » dans Olympia ?

Dans ces premières versions du logiciel Olympia, sont déjà disponibles des techniques de calcul utilisées en Astrologie Karmique. Mais attention, l’Astrologie Karmique est un domaine vaste, difficile à résumer, donc c’est un ensemble de choses qui permettent de dire qu’Olympia permet de travailler en Astrologie Karmique. Et les versions futures continueront d’étayer cela.

Par exemple, en plus des études des Lunes Noires et des Noeuds Lunaires, comme dit ailleurs on peut travailler sur les Noeuds Planétaires.

Une fenêtre spéciale permet également de regarder dans le Thème les positions des Eclipses d’avant naissance (Solaire et Lunaire). On peut même choisir le type d’éclipse qui nous intéresse (se contraindre aux éclipses totale, ou autoriser les annulaires, les partielles…). La position de la Nouvelle Lune Pré-Natale est également indiquée, on peut même monter le Thème de Nouvelle Lune Pré-Natale. On place aussi les points fictifs Porte Visible et Porte Invisible. Enfin, on calcule le cycles des Ascendants (en Astrologie Karmique on considère que 7 fois consécutivement on porte le même Ascendant).

D’autres idées sont en cours de développement pour avancer encore sur ce sujet Karmique.

Est-il facile de prendre en main le logiciel ?

Il a été conçu pour minimiser le nombre de clics afin d’accéder à une fonctionnalité. Pour monter un thème (taper le nom de la personne, sa date, heure et lieu de naissance) il suffit de quelques secondes. A partir du Thème Natal, des boutons permettent d’accéder aux nombreuses options et possibilités.

Pour les Transits et les Progressions, de simples clics permettent d’avancer ou reculer dans le temps, sans changer de fenêtre. Idem pour les Révolutions Solaires pour avancer ou reculer dans les anniversaires.

On peut également ouvrir plusieurs Thèmes en même temps pour travailler sur plusieurs fenêtres.

Comment faire si on est perdu ou qu’on ne sait pas comment accéder à une fonctionnalité ?

Dans chaque fenêtre il y a un bouton Aide. Accessible également en appuyant sur F1. Une fenêtre s’ouvre alors pour décrire ce que l’on peut faire dans cette fenêtre.

A partir de ce texte d’aide des Vidéos Tutos (en Français) sont également disponibles.

Si vraiment l’utilisateur est perdu, il peut contacter l’équipe de conception via la page Contact

Y a-t-il des textes d’interprétation ?

Non. La seule chose envisagée est de donner dans le futur des clés sur les planètes, les corps fictifs et réels, les Etoiles, les Astéroïdes, les Signes, les Maisons, les Aspects… Mais aucun logiciel ne remplacera le cerveau et l’intuition d’un astrologue. Chacun a sa technique, chacun a ses préférences. Un carré Soleil-Mars ne résonnera pas pareil d’un Astrologue à l’autre, donc Olympia n’a pas à donner sa propre interprétation, qui rendra tout le monde insatisfait.

Peut-on avoir un résultat synthétique d’un Thème Astral ?

Dans le Thème Natal ou un Thème d’Ephémérides, il y a un bouton qui permet d’accéder à une vue synthétique de tous les corps (planètes, noeuds, étoiles, astéroïdes, cuspides de maisons…) et qui résume leurs positions, les maîtrises, les déclinaisons, les sens (direct / rétrograde), les conjonctions à des points particuliers, quand ils changeront de sens en thème progressé… L’accès à cette seule fenêtre donne déjà une grande vue synthétique du Thème.

Dans une prochaine évolution du logiciel, cette forme de tableaux sera disponible en format texte ou HTML.

Comment savoir qu’un Aspect aura lieu dans le futur ?

Sur le Thème d’une personne, pour savoir par exemple quand Pluton en Transit fera un carré à une Planète Natale, ou quand Uranus franchira la cuspide de telle maison… Olympia propose une interface pour calculer cela : l’Aspectarian.

Cette fonction est disponible pour le Transit et pour les Directions (Secondaires, Symboliques, Converses).

On peut définir les dates de début et de fin de recherche, les Planètes en mouvement, les Planètes Natales (ou les cuspides de maison), les aspects recherchés (majeurs ou mineurs), et l’algorithme détectera toutes les dates.

La même chose est disponible en Ephémérides. Par exemple si on veut connaître la prochaine conjonction Jupiter-Saturne ou le prochain carré Pluton-Uranus.